Parisot, A.-M. (1998) «Description de l'organisation du système des alternances conversationnelles en langue des signes québécoise», mémoire de maîtrise, Montréal : UQAM.

La conversation spontanée est une activité linguistique et sociale qui laisse paraître, à prime abord, un total manque d'organisation et de réglementation. Les chercheurs qui ont travaillé sur la conversation ont montré qu'en dépit des apparences, la conversation spontanée, tout comme les autres formes d'interactions discursives, est régie par des règles et des principes d'application qui lui sont propres. Le mémoire que nous présentons montre comment s'organise la conversation spontanée en langue des signes québécoise (LSQ). Le but de cette recherche est de décrire le fonctionnement de la conversation spontanée LSQ par le biais de la description de certains aspects qui jouent des rôles déterminants dans l'organisation de l'interaction : les signaux interactionnels et le chevauchement.

Un des intérêts de notre recherche est le fait que nous ayions eu la possibilité de travailler à partir d'un corpus de conversations dynamiques, dont les participants étaient tous sourds et dont la LSQ est la langue première. De plus, nous avons eu l'aide de collaborateurs sourds signeurs natifs dont les intuitions nous ont permis d'éviter d'interpréter faussement les données recueillies à partir de notre connaissance linguistique des langues orales.

Nous avons décrit les principaux signaux interactionnels de la conversation LSQ selon leur forme, leur sens et leur fonction. Nous avons aussi proposé deux types de classification des signaux décrits. La classification formelle regroupe les signaux selon qu'ils sont manuels (signe ou prosodie) ou non manuels, alors que la classification fonctionnelle montre que les signaux interviennent dans des contextes de prise, de maintien ou de cession de tour conversationnel. De plus, nous avons décrit le phénomène de la production simultanée en conversation LSQ. Nos observations nous ont conduite à distinguer trois différentes sortes de chevauchement : le chevauchement qui résulte du backchannel, le chevauchement compétitif et le chevauchement coopératif.

Notre recherche est exploratoire en ce qu'elle n'a pas de précédent en ce qui concerne la LSQ. Aussi, la recherche sur les langues signées étant relativement jeune, peu de chercheurs se sont employés à décrire la conversation signée. Il nous a semblé pertinent de travailler sur ce sujet puisqu'une langue comme la LSQ offre une nouvelle dimension à l'analyse conversationnelle qui doit tenir compte de la composante spatiale et des modalités visuelle et gestuelle de cette langue. Nous estimons que ce travail est une étape qualitative nécessaire au processus en cours de description de la LSQ et à l'étude de la conversation et qu'elle pourra éventuellement servir de base à une analyse quantitative plus pointue des aspects de la conversation LSQ.