Dubuisson, C., D. Machabée et A.-M. Parisot (1997) «L’enseignement du français aux sourds : ce que des Sourds ont à en dire», Revue de linguistique et de didactique des langues (LIDIL), no 15, p. 53-81.

Le but de cet article n’est pas de présenter les résultats d’une expérimentation, mais plutôt d’exposer une démarche de recherche. Cette démarche se distingue de la plupart des recherches menées aux États-Unis sur les difficultés des personnes sourdes à l’écrit. Elle se distingue également de nos travaux précédents sur ce sujet.
Nous faisons un bref rappel des recherches menées aux États-Unis et au Québec sur les difficultés des sourds à l’écrit. Nous justifions notre changement d’orientation par le fait que ces recherches, qu’elles aient été axées sur la déficience des sourds ou sur la différence entre les sourds et les entendants, n’ont pas apporté de solution satisfaisante. Nous situons notre démarche dans le cadre de l’implantation de l’approche bilingue (LSQ, langue première et français écrit, langue seconde) en cours à Montréal. Nous faisons l’hypothèse qu’il est essentiel de connaître et de comprendre les modes de raisonnement des sourds pour leur proposer de nouvelles stratégies d’enseignement du français. Nous sommes également convaincues que les sourds ont beaucoup à dire sur leurs propres apprentissages, c’est pourquoi nous avons adopté une approche qualitative. C’est essentiellement de notre démarche que nous voulons rendre compte, sans en cacher les faux-pas, mais en essayant d’en faire ressortir les aspects prometteurs.