Lajeunesse, L. et A.-M. Parisot (soumis) «L'oralisation dans la variation de registre en langue des signes québécoise : Une étude de cas», 28e Colloque annuel sur l'analyse de la variation linguistique, Toronto, octobre 1999.

La variation sociolinguistique est composée de façons différentes de dire la même chose quoique le choix d'une formulation au profit d'une autre ait une signification sociale (Labov, 1966). La variation de registre implique différentes utilisations d'une même langue en fonction de la situation. Sur la base du fait que cette langue est utilisée dans les différentes activités qui constituent la vie d'un individu, la recherche présentée tente d'explorer les transformations qui pourraient s'opérer sur la structure de la langue selon qu'un individu l'utilise dans des contextes dits formels ou dans des contextes dits informels.
Le but de cette présentation est de montrer comment l'oralisation, en tant qu'élément d'une composante phologique de la langue des signes québécoise (LSQ), varie en fréquence selon les situations +formelle et -formelle du discours d'un même signeur, en fonction de son type (fonctionnelle/facultative), de sa forme (totale/partielle) et de ses fonctions (clarification/dérivation).
À partir du détail des trois composantes d'Halliday (1968), nous montrerons que nos deux séances d'enregistrement constituent une situation +formelle et une situation -formelle de discours. Dans un premier temps, afin de décrire l'implication linguistique de l'oralisation en LSQ et de montrer comment la théorie sociolinguistique permet d'interpréter sa variation, nous présenterons un résumé des travaux qui constituent le cadre théorique de cette recherche. Dans un deuxième temps, nous présenterons l'analyse descriptive et quantitative de l'oralisation dans les deux situations de discours produite par un sujet sourd profond signeur natif de la LSQ, scolarisé en français et détenteur d'une diplôme de premier cycle universitaire. Pour teminer, nous ferons la comparaison de nos résultats avec l'ébauche d'une description de l'oralisation en situation de discours poétique. Nous montrerons que, pour des raisons articulatoires et expressives, l'oralisation est pratiquement absente du discours poétique.

Baker, C. et D. Cokely (1980) ASL : A teacher's resource text on grammar and culture, Silver Spring (MD) : T. J. Publishers.
Crystal, D. et D. Davey (1969) Investigating English style, Bloomington : Indiana University Press.
Dubuisson, C. et al. (1999) Grammaire descriptive de la LSQ, Tome 1, 2e édition, Montréal : Université du Québec à Montréal.
Fergusson, C. (1959) «Diglossia», Word, vol. 15, p. 325-340.
Fishman, J. (1972) The sociology of language, Rowley (MA) : Newbury House.
Halliday, M. A. K. (1968) «The users and uses of language», in Fishman (éd.), Readings in the Sociology of Language, p. 139-169, The Hague : Mouton.
Kettrick, C. (1983) «Fast, formal and casual signing in American Sign Language», mémoire de maîtrise, Seattle : University of Washington.
Labov, W. (1966) The social stratification of English in the New York City, Washington (DC) : Center for Applied Linguistics.
Lee, D. M. (1982) «Are there really signs of diglossia? Reexamining the situation», Sign Language Studies, vol. 35, p. 127-152.
Zimmer, J. (1989) «Toward a description of registre variation in American Sign Language», in The Sociolinguistics of the Deaf Community, C. Lucas (éd.),  New York : Academic Press, p. 253-272.