Dubuisson, C. et R. Rancourt (1999) «Le bilinguisme sourd», conférence présentée à l'IRD, Montréal.

Le but de cet atelier est d'échanger sur les spécificités du bilinguisme sourd à partir des définitions ci-dessous du bilinguisme entendant.

Définition 1

Le bilinguisme est «la maîtrise de deux langues» (Bloomfield, 1933, p. 56)

Définition 2

Le bilinguisme commence quand un locuteur d’une langue peut produire des phrases complètes et signifiantes dans une autre langue (Haugen, 1953, p. 7)

Définition 3

Le bilinguisme est l’utilisation en alternance de deux langues ou plus (Il est à peu près impossible de déterminer le moment où un individu devient bilingue) (Mackey, 1968, p. 555).

Trois définitions du bilinguisme peuvent être utiles quand on tente de préciser les spécificités du bilinguisme sourd (Lewis et al., 1995) :

  1. Le bilinguisme est la maîtrise de deux langues par un individu. Il est possible de distinguer différents niveaux de maîtrise de l’une ou l’autre langue. Le bilinguisme n’implique pas une maîtrise égale de deux langues.

  2. Il y a bilinguisme lorsqu’un individu peut utiliser deux langues, selon la situation dans laquelle il se trouve. Très peu d’individus, même placés dans des situations où ils doivent utiliser une langue ou l’autre ont besoin de maîtriser parfaitement les deux langues. Il arrive qu’une des deux langues soit beaucoup plus utile à l’écrit qu’à l’oral, par exemple.

  3. Un individu est considéré bilingue s’il s’identifie et est identifié par les autres comme étant bilingue.

 

Bilinguisme individuel et bilinguisme social

Le bilinguisme individuel est perçu comme une acquisition personnelle d'une deuxième langue. Le bilinguisme social est une obligation d’être bilingue, imposée par la société (Romaine, 1996)

 

Bilinguisme sourd

Le bilinguisme sourd est caractérisé par 1) la différence de modalité entre les deux langues impliquées, et 2) par le manque d’accès direct à la modalité de la langue orale. Le bilinguisme sourd est donc, par définition, un bilinguisme bimodal (modalités visuo-gestuelle et orale) (Vonen, 1996).

 

Bilinguisme soustractif et bilinguisme additif

Le bilinguisme additif est une perception positive de la première langue et de la deuxième langue, ce qui favorise l’apprentissage des deux langues (Grosjean, 1993).

Le bilinguisme soustractif apparaît lorsqu’un individu se sent obligé d’apprendre la deuxième langue et que sa langue maternelle n’est pas valorisée (situation où la langue maternelle de l'individu est minoritaire par rapport à sa langue seconde, qui est celle utilisée dans les milieux de travail et de l'école, dans le commerce et dans tout échange en dehors de la communauté du sujet) (Morcos, 1989).

 

Bilinguisme coordonné et bilinguisme composé

Dans le bilinguisme coordonné, les deux langues coexistent en restant séparées l’une de l’autre. Le bilingue coordonné se comporte comme un locuteur natif dans chacune des langues)

Dans le bilinguisme composé. le bilingue a deux systèmes de codage pour une même réalité. La langue première est dominante, une partie du traitement linguistique s’effectue toujours en L1. La langue seconde est activée seulement sur les plans superficiels de la production et de la compréhension (Weinreich, 1968; Ervin et Osgood, 1959; Lanchec, 1976; Desroches, 1994).

 

Quatre modèles de bilinguisme dans l'enseignement (Luetke-Stahlman, 1983)