Eduardo Muñoz Bachs est né à Valencia, Espagne, en 1937. La famille a d'abord passé une année en France avant de se fixer à La Havane, en 1941. Son père qui était journaliste et professeur fut l'un des premiers artisans de la télévision cubaine au début des années '50.

Bachs, naturellement attiré par le dessin, a commencé à vivre de sa production dès l'âge de 16 ans mais sans jamais suivre de cours dans une école d'art ou de design. À l'âge de 21 ans, l'année précédant la Révolution, il est engagé à plein temps à la télévision dans la section de dessin animé (84).

Dès la création de l'ICAIC, âgé de 23 ans, il est engagé dans la section dessin animé. Commence ensuite sa brillante carrière d'affichiste, maintenant reconnu comme le plus prolifique de l'ICAIC. Il aurait fait, en 1960, la première affiche de l'ICAIC: Historias de la Revolución (85). Sauf un bref intermède (1962-1965) dans le Département de publicité de la Agencia intercomunicaciones (COR, DOR et Editora Política par la suite), Bachs a consacré toute sa carrière à l'ICAIC. Même pendant les années passées à la Agencia intercomunicaciones, il faisait occasionnellement des affiches pour l'ICAIC. Graphiste à la pige de 1965 à 1970, pour l'ICAIC, il bénéficiait, de 1970 à 1976, d'un contrat permanent de même qu'Azcuy, Ñiko et Reboiro. Après cette date et jusqu'à aujourd'hui, tous les graphistes ont été employés à la pige.

Combien d'affiches Bachs a-t-il produites? Doué d'un caractère agréable, capable de répondre rapidement à des contrats nombreux, il a fait imprimer plus d'affiches que les autres graphistes bien qu'il soit impossible de suggérer même un nombre approximatif, le catalogue de sa production n'ayant jamais été établi (86).

Une part importante de son succès vient de sa façon de traiter la maquette d'une affiche. Réalisées le plus souvent à la gouache, ses maquettes sont vives, hautes en couleurs et pleines d'allégresse. Bachs crée généralement une typographie manuscrite dont les formes et les couleurs rehaussent la richesse de l'ensemble. Il estime que plus des deux tiers de ses affiches comportent une typographie manuscrite, ce qui lui permettait de soumettre très rapidement une maquette finie lorsque venaient les commandes notamment lors des cas urgents. Bachs réalise ses maquettes sur du papier d'environ 36 par 22 cm.

La diffusion de ses affiches fut énorme étant donné les tirages considérables et l'envoi d'affiches à l'étranger. Les affiches pour les films de dessins animés sont en général tirées à 200 exemplaires; ceux des courts métrages, à 500 exemplaires, et, ceux de certains longs métrages, à 1000 exemplaires. La plupart de ses affiches sont des sérigraphies réalisées dans les ateliers de l'ICAIC. En général, ses affiches comportent 5 ou 6 couleurs mais il est des cas où l'on peut compter jusqu'à 30 couleurs.

Son activité ayant été la plus soutenue dans le domaine de l'affiche, il est logique de le considérer d'abord comme affichiste, et en second lieu comme illustrateur de livres pour la jeunesse. En début de carrière, son travail dans le domaine du dessin animé, l'a conduit naturellement à l'illustration, vaste secteur où il s'est consacré au livre pour la jeunesse. Il en a fait une dizaine sans jamais être pleinement satisfait étant donné les longs délais d'impression et la mauvaise qualité du papier. Chaque livre représente de deux à trois ans de travail. Indices de son goût pour ce type de création, de grandes illustrations, soigneusement encadrées sur les murs de son appartement, montrent des figures tératologiques où dominent les poissons et toutes sortes d'animaux diversement humanisés.

Bachs possède un style bien particulier qui fait de lui le plus humoristique des affichistes cubains. Il est vrai que son goût pour l'illustration minutieuse et chargée amène à penser que plusieurs de ces images auraient été mieux utilisées dans des livres et des revues que comme affiches. Il est vrai que son travail d'illustrateur a été reconnu sur la scène internationale par au moins deux prix: 1968, médaille de bronze pour le Concours de livres pour enfants, Varna, Bulgarie; 1986, second prix aussi pour le Concours international d'illustrations de livre pour la jeunesse, Japon. Mais il est également vrai qu'un grand nombre de ses affiches possèdent un caractère monumental, qualité première de l'affiche. En fait, son imagination semblait le disposer tout autant à l'illustration qu'à l'affiche. Mais puisque la conjoncture nationale lui a fourni l'occasion de produire un grand nombre d'affiches, c'est là que son génie s'est épanoui.

Son talent a été maintes fois reconnu aussi bien lors d'expositions que par des prix nationaux et internationaux. Selon Eva Cockcroft, il est probablement le plus connu des affichistes cubains spécialistes de cinéma. Ses concepts remplis d'esprit de même que son Chaplin sont presque devenus des images de marque de l'ICAIC (87).

Au cours de sa carrière, il a participé à de nombreuse expositions nationales et internationales comme l'Exposición International d'arts graphiques (Brno, Tchescoslovaquie), la Biennale internationale de l'affiche (Varsovie, Pologne) et la Biennale internationale de l'affiche (Lahti, Finlande).

Plusieurs prix de prestige lui ont été décernés, les plus importants étant le Premier Prix international de Filmexpo Ottawa en 1972; le Premier Prix lors du Concours international d'affiches de cinéma à Paris; le Premier Prix au Concours international d'affiches de cinéma organisé en 1978, aux États-Unis, par le Hollywood Reporter; le Grand Prix Corail pour ses meilleures affiches par le Festival Internacional del Nuevo Cine Latinoamericano, à La Havane, en 1983. D'autres Prix Corail lui ont été décernés par le même organisme notamment en 1985, 1986 et 1988.

Affichiste humoriste qui affectionne les formes minutieusement dessinées ainsi que les couleurs vives et nombreuses, Bachs est l'un des principaux affichistes cubains, à la fois par la qualité de sa production, le nombre élevé de ses affiches et, particularité qu'il partage avec Rostgaard, une carrière entièrement réalisée à Cuba. À l'instar d'Alejo Carpentier (1904-1980) et de Gabriel García Márquez (1928), Bachs est l'un des principaux responsables de la richesse du réalisme merveilleux latino-américain.